Samedi 29 novembre 6 29 /11 /Nov 10:14

C’était une journée d’été dominicale banale j’avais 14 ans. Je n’aimais pas trop aller avec mes parents chez leurs amis, je préférais passer du temps au soleil dans le jardin ou m’occuper de mon corps et surtout de mon intimité en toute tranquillité. Ce jour la ils ont particulièrement insistés pour que les accompagnent. Il faisait beau et chaud, nous devions traverser une bonne partie des Bouches du Rhône pour aller jusque Saint Remy. Les parfums de Provence en plein été sont très forts, ces senteurs que j’adore la fenêtre ouverte me permettaient d’en profiter pleinement. Seule à l’arrière de la voiture j’étais plongée dans mes pensées, je suis rêveuse de nature tout en me tripotant les cheveux ça m’endort. En somnolant, j’imaginais des scènes érotiques avec d’autres filles, ce qui réveilla mon intimité qui fini par réclamer une attention particulière. Ce jour la je portais une petite jupe blanche, un petit haut bleu pâle … je n’avais bien sur rien sous la jupe, c’est tellement plus agréable, le minou tellement plus accessible à tout moment … je vous le conseille les filles. De plus quelques jours avant, je venais d’épiler pour la première fois mon minou …La route me paraissait interminable, je n’avais qu’une envie c’est d’arriver, aller aux toilettes, me caresser le minou afin d’apaiser ma soif de plaisir de plus en plus intense. J’étais impatiente, je n’arrivais pas à calmer mes envies alors que j’étais juste derrière mes parents … à tout moment ils auraient pu me démasquer. Ca m’excitait d’autant plus, car j’aime me procurer du plaisir en publique. Ils étaient tous deux plonges dans leurs interminables conversations sur le quotidien des actualités, la politique, la famille … la tentation était plus forte que moi. J’ai fini par céder à l’appel intense de mon intimité.

 

Je me suis alors placée sur le coté droit face à la fenêtre jambes serrée, de façons à ne laisser aucune visibilité ce que je voulais faire. J’ai pu glisser discrètement la main droite sous ma jupe par le haut et trouver mon minou brûlant. Dans cette position je ne pouvais faire que des petits mouvements de droite à gauche sur le capuchon de mon clitoris avec l’index, c’était déjà bien et surtout divin. Je pouvais éprouver du plaisir discrètement tout en continuant à fantasmer. Des énormes vagues de frissons venaient m’envahir, j’avais envie d’aller plus loin pour explorer mon minou mais je ne pouvais pas. A chaque fois que je sentais l’orgasme proche, j’arrêtais car j’avais un peu peur … c’est difficile de contrôler sa respiration, malgré que maintenant je sois très bien entraînée. J’avais le cœur qui tambourinait, j’avais chaud, ça me picotait de partout. Je jouais à contenir cet orgasme, à essayer de le maîtriser sans le laisser venir jusqu'à ce que je fasse un geste de trop et ne plus pouvoir l’arrêter. Je n’aime pas gâcher un orgasme, c’est un pur moment de solitude et déconnections totale avec la réalité. J’ai tant bien que mal réussi à contenir toute l’effervescence des ondes de chocs provoquées par celui ci, chaque mouvement de l’index sur mon clito me faisait sursauter de plaisir. Je maîtrisais, c’était bon imagine cet instant … ils n’y voyaient que du feu, j’aime franchir les interdits, j’aime jouer avec les risques que comporte ces moments intimes avec ton corps, ton sexe, ton plaisir … alors qu’il y a du monde autour de toi. Je sentais l’intérieur de mes cuisses toutes humides, les traces de mon plaisir. La route n’était toujours pas finie, j’avais envie de continuer, recommencer à jouer avec l’orgasme suivant. J’obtenais des orgasmes courts, peu intenses et facile à maîtriser. Ils n’étaient pas assez puissants pour apaiser ma soif de plaisir. Je t’avoue que le temps d’arriver j’en ai eu quelques-uns, c’était un pur moment de bonheur.

J’ai arrêté quelques kilomètres avant d’arriver, vu qu’il faisait chaud et sec. J’ai laisse passer l’air entre mes cuisses pour sécher les traces de mouilles. Quelles sensations ! C’était encore plus agréable avec le minou complètement lisse, le vent qui vient te lécher avec douceur … j’étais envahie de frissons. J’avais l’odeur de mon intimité sur le doigt, ça sentait vraiment très bon et me donnait envie de manger mon propre fruit, goûter mon propre nectar … si seulement je pouvais … lol.

 

Une fois arrivée, j’ai de suite trouvé un prétexte pour aller aux toilettes. Je me suis pénétrée de deux doigts en faisant des mouvements de vas et vient rapides, intenses et je me suis massée violemment le clito simultanément. Mon excitation était tellement forte, qu’au bout de quelques mouvements un énorme orgasme m’a envahi. Je n’ai pu m’empêcher de laisser échapper quelques petits cris de gémissement, trop puissant pour contenir une telle explosion de plaisir. J’étais saoule de sensations fortes, j’étais sur un nuage, j’étais aux anges. J’ai vite effacé toutes les traces de mon plaisir, nettoyage des mains et je suis aller rejoindre tout le monde sur la terrasse. Je ne me suis pas rendu compte du temps passé, on me fit remarquer que c’était un gros pipi !

© Tous droits réservés

Par lovefanny - Publié dans : vos contributions
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés